Skip navigation.

Sponsored by

French summary

Resume: Introduction

Toutes les espèces de primates sont intelligentes, certaines utilisent des outils, d’autres montrent qu’elles sont conscientes d’elles-mêmes et toutes sont capables de résoudre des problèmes. La plupart vivent en groupes, par famille, dans des structures sociales organisées. Nous sommes des primates.

Pour prendre nos distances par rapport à nos plus proches parents, nous les appelons « primates non-humains », ce qui nous aide à justifier leur utilisation dans les expériences de laboratoire.

Et pourtant nos cousins primates se sont montrés capables d’apprendre des rudiments d’arithmétique; ils ont fait preuve de raisonnement; certains peuvent communiquer en utilisant les signes du langage humain. Ils montrent également des émotions semblables aux nôtres : affection, colère et chagrin — et même sympathie.

Cependant, si nous affirmons que nos similarités justifient leur utilisation dans les laboratoires, nous ne tenons pas compte, à nos risques et périls, des différences fondamentales qui existent au niveau cellulaire, génétique et du système immunitaire — différences si importantes pour les résultats des expériences.

Les êtres humains et la plupart des primates non-humains ont en commun plus de 90% de leurs ADN, mais la nature nous montre quelle différence ce petit pourcentage restant peut faire. Cependant, alors que nos amis primates réagissent différemment aux produits chimiques et pharmaceutiques, nous sommes suffisamment semblables pour comprendre leur souffrance.

Lorsqu’ils sont arrachés à la nature, mis en cage, emprisonnés, transportés, maîtrisés, qu’on leur injecte des médicaments, qu’on leur fait absorber de force des produits chimiques, qu’on leur abime délibérément le cerveau — nous savons qu’ils souffrent.

Pourtant, en dépit de cela et du fait que des solutions de remplacement plus sophistiquées sont disponibles plus que jamais, le nombre de primates dont on se sert dans le monde augmente.

Plus de 10 000 primates vont mourir dans les laboratoires européens cette année.

Arrachés à la nature

Un tiers des espèces de primates est menacé d’extinction. Alors que les gouvernements de pays où se trouvent les habitats de primates font des efforts désespérés pour empêcher les pauvres de tuer certaines espèces jusqu’à disparition, la recherche européenne réclame le droit de prendre ces espèces pour des expériences inutiles et peu fiables, alors que des solutions de remplacement sont disponibles

Dans les forêts d’Amérique du Sud, les trappeurs chassent les singes hiboux et les vendent pour des expériences sur la malaria en Colombie. Les singes effrayés sont arrachés aux arbres, à leur liberté et à leurs familles. Leur forêt est remplacée par les conditions stériles et industrielles d’un laboratoire ; certains sont isolés — une torture pour un singe.

Le caractère amoral et imprévoyant de l’arrachement des animaux à la nature, ainsi que la souffrance que cela cause, a été reconnu, il y a plus de vingt ans, dans la Directive européenne 86/609/EEC relative aux expériences sur les animaux. Néanmoins, on estime que 10% des primates utilisés dans les laboratoires européens sont capturés a l’état sauvage. Les bonnes intentions n’ont pas suffi. Il faut mettre un terme formel à ce commerce.

Nous nous réjouissons du fait que dans sa nouvelle directive destinée à remplacer la 86/609, la Commission européenne a émis à l’origine une politique claire stipulant que les animaux en liberté ne doivent pas être utilisés dans les laboratoires. Toutefois, ces bonnes intentions ont été inévitablement affaiblies par l’addition d’ « exceptions » injustifiées et trompeuses. Ceci est inacceptable.

Que le débat scientifique sur l’utilisation de primates dans les recherches ait été jusqu’à présent défensif, généralisé et dominé par une évaluation et un soutien inadéquats des techniques scientifiques avancées de remplacement, est un état de fait préoccupant.

L’Europe doit établir une politique claire pour mettre un terme à l’utilisation des grands singes et des primates capturés dans la nature et pour une suppression progressive de l’utilisation de tous les primates, créant ainsi une norme pour le reste du monde.

Watch our Save the Primates Video

You need Flash player 8+ and JavaScript enabled to view this video.